La solidarité, une valeur d’avenir

Avr 7, 2021

La solidarité, une valeur d’avenir

Avr 7, 2021

Amélie Motte, Déléguée Générale Adjointe de la Fabrique Spinoza, l’association qui vise à placer le bonheur au cœur de la société, répond à la question posée par Raphaël Dumont :

La solidarité est-elle une valeur d’avenir ?

Système D2 : Qui êtes vous ? Que faites vous ?

Amélie Motte : Alors oui, je peux tout à fait me présenter. Je suis Amélie Motte, je suis déléguée générale adjointe de la Fabrique Spinoza et la Fabrique Spinoza, c’est une association qui vise à remettre le bonheur au cœur de la société. C’est un vaste programme et pour ce faire, on le fait à travers trois pôles.

Un premier pôle qui est l’Observatoire Spinoza, qui produit des études dont l’objectif est d’inspirer les décideurs, les décideurs politiques, mais aussi d’inspirer les entreprises, les écoles et d’inspirer les citoyens. En tant que décideur, finalement, de leur propre existence.

Notre deuxième pôle, c’est Action Spinoza. Donc, Action Spinoza c’est une société qui fait du conseil et de la formation auprès des entreprises désireuses de mettre l’humain au cœur de leur dispositif de transformation.

Et enfin, notre troisième pôle, c’est une communauté, notre communauté de bénévoles qui s’appellent les “passeurs du bonheur citoyen”. Donc les passeurs du bonheur citoyen, ce sont des citoyens qui se rassemblent sur les territoires pour mener des actions en faveur du bonheur.

Système D2 : La solidarité est-elle une valeur d’avenir ?

Amélie Motte :

Évidemment, on ne peut que le constater aujourd’hui, d’autant plus aujourd’hui qu’on vit une expérience exceptionnelle de télétravail massif des collaborateurs. Et dans ce contexte, de télétravail massif, malheureusement, ce que l’on constate aujourd’hui, c’est que le moral des salariés décline de mois en mois.

Aujourd’hui, selon le baromètre Empreinte Humaine OpinionWay, il y a plus de 50% des salariés qui se trouvent dans une situation de détresse psychologique et ce chiffre atteint même 70% pour les salariés les plus jeunes, et ce, notamment en raison du sentiment d’isolement que l’on peut vivre quand on est comme ça pendant une période si prolongée en télétravail.

Cette valeur de solidarité devrait vraiment être remise au cœur des entreprises et les entreprises devraient même l’énoncer comme une valeur absolument fondamentale.

D’autant plus que le fait d’être attentif à l’autre,  de prendre soin de l’autre, ça fait évidemment du bien à la personne qui reçoit cette attention, qui reçoit ce soin. Mais ça fait aussi du bien à la personne qui donne. C’est un processus vertueux qui, finalement, nous fait du bien à tous.

Dans le fond, nous sommes des animaux sociaux et la plus grande étude réalisée par l’Université de Harvard sur la question du bonheur nous a montré que finalement, la qualité du lien social est le plus grand prédicteur d’épanouissement dans la vie en général et dans la vie au travail en particulier.

Produite par Ongaeshi Studio pour Système D2