Inclure la solidarité dans la stratégie des entreprises

Avr 21, 2021

Inclure la solidarité dans la stratégie des entreprises

Avr 21, 2021

Amélie Motte, Déléguée Générale Adjointe de la Fabrique Spinoza, l’association qui vise à placer le bonheur au cœur de la société, répond à la question posée par Marie-Sophie Dubarry :

Quelle est la place de la solidarité dans la stratégie d’Entreprise ?

« Alors, la place de la solidarité dans la stratégie des entreprises, on peut la traduire selon trois axes.

Le premier axe, c’est la solidarité de l’organisation vis-à-vis de ses collaborateurs, et notamment ceux qui sont les plus vulnérables, comme les télétravailleurs qui sont en perte de lien social et en détresse. Mais ça va être aussi, par exemple, vis-à-vis des collaborateurs qui se trouvent en situation de handicap ou de collaborateurs qui retournent dans l’entreprise après une période de longue maladie ou, enfin, des collaborateurs qui sont par ailleurs des aidants familiaux. Et on le sait, les aidants familiaux sont souvent des gens qui sont particulièrement vulnérables et qui, même malheureusement, décèdent parfois avant même la personne qu’ils accompagnent.

Le deuxième axe, c’est la question de la solidarité des collaborateurs entre eux. Donc ça, ça interroge la façon dont l’entreprise va déployer une culture de la solidarité en son sein. Par exemple, elle peut former ses managers au management bienveillant. Elle peut également valoriser les soft skills, c’est-à-dire ses compétences relationnelles, et les valoriser, voire plus que les compétences dites techniques. Elle peut également valoriser, voire favoriser, le don de RTT entre collaborateurs.

Le dernier axe, c’est l’engagement de la société, de l’entreprise vis-à-vis de la Société avec un grand S, c’est-à-dire d’avoir un engagement sociétal fort. Cet engagement sociétal, il peut se traduire, par exemple, par la mise en place du mécénat de compétences, c’est-à-dire autoriser ses collaborateurs à mettre à disposition d’associations d’intérêt général leurs compétences personnelles ou professionnelles. Et une deuxième idée, ça peut être d’avoir un engagement environnemental fort, appuyé et sincère et voire, pourquoi pas, devenir une entreprise à mission. »

Produite par Ongaeshi Studio pour Système D2